Pablo Carreño-Busta

vilwix/ avril 10, 2017/ Fiche joueurs/ 0 comments

 

 


Nationalité: Espagnol

Date de naissance: 12/07/1991 (26 ans)

Profil: Droitier / Revers à deux mains

Derniers résultats


 

1er service
71
2ème service
51
Retour
38
Mental
56
Fiabilité
84

 

Comme la plupart des tennismen espangols, Pablo Carreño-Busta est un joueur très à l’aise dans les échanges de fond de court, mais cherche à les finir au plus vite, grâce à sa puissance. En conséquent, il est aussi à l’aise sur terre battue que sur dur. Promesse du tennis espagnol, il possède un panel de qualités très intéressant.


Pablo carreño-Busta possède un bon premier service, assez précis et puissant. Coupé et lifté, il fait souvent mouche.

 

Revers: Son meilleur coup. L’Espagnol est capable de d’adresser de grosses frappes puissantes en revers.

 

Retour: Pablo Carreño-Busta possède un retour de qualité. A l’aise raquette à la main, il affectionne particulièrement les retours croisés, afin de gagner du temps pour se replacer sur le terrain

Coup droit:   Son coup droit est l’un des meilleurs du circuit. Il affectionne particulièrement les coups droits renversés (coup qui vise à couvrir son revers avec un coup droit, à la Juan Martin Del Potro) et croisés. Coups qu’il utilise le plus.

Pablo Carreño-Busta est un joueur très « propre ». Il commet peu de fautes et de déchets. Son taux de double faute est d’ailleurs un des plus faibles du circuit ATP (moins de deux doubles-fautes par match)

Le natif de Gijon est un joueur assez fiable, notamment en 2016, où il a remporté 87% des matchs pour lesquels il partait favori.


 

Au niveau mental, Pablo Carreño-Busta manque encore de consistance. Capable de survoler un match, il peut s’éteindre rapidement ou changer son jeu si le scénario du match tourne en sa défaveur. Avec son entraîneur, il travaille continuellement ce point en cherchant à adopter plus d’agressivité et en utilisant des montées au filet, et ainsi  provoquer une réaction.

Très fiable lorsqu’il s’agit de s’imposer face à un outsider, l’Espagnol peine à briser le plafond de verre et à s’imposer face un joueur du top 10 ou clairement favori.